Allomusic

Sélection de la rédac' - 22/08/2011

22/08/11 - 08:00

I Break Horses - "Hearts"

Critique par Camille Genest


I Break Horses - "Hearts"I Break Horses, couple suédois aux accents résolument électro, se place dans ce genre que l'on appelle shoegaze, inspiré de grands maîtres tels que The Velvet Underground ou les Cocteau Twins. Maria Lindén et Fredrik Balck se disent influencés par My Funny Valentine ou M83, mais l'influence reste à sa place et ils offrent un son d'une nouveauté toute éclatante.

Maria Lindén (la chanteuse) nous transporte de sa voix aux notes célestes dans un univers à la fois étrange et rassurant, inquiétant mais réconfortant, complété par la musique toujours plus  imaginative et décalée de Fredrik Balck, son partenaire dans ce duo surréaliste.

Mettez-vous dans l'ambiance avec No Way Outro, pour entrer doucement dans ce monde étourdissant. Une fois que vous êtes imprégné de cette voix enchantée et du beat lancinant qui l'accompagne, poursuivez votre écoute avec Empty Bottle qui devrait vous mettre du baume au cœur, avec des sonorités à la U2, presque new wave (que l'on retrouve aussi dans Pulp). Pour le reste, consommez sans modération !


Sortie : le 22 août 2011, chez Bella Union


> Écouter gratuitement l'abum "Hearts" de I Break Horses


Lenny Kravitz - "Black and White America"

Critique par Antoine Le Lay


Lenny Kravitz - "Black and White America""Black and White America" est un disque de rupture pour ceux qui voudraient faire leur deuil de I Can't be Without You. Lenny l'a bien compris, pour conserver un public diversifié, mieux vaut garder l'amour comme fond de commerce, quitte à sacrifier l'originalité et l'innovation.

De retour en couple ? Lâchez-vous sur Everything, qui vous conduit de l'entrée à la chambre à coucher en 3'38. Et oui, Lenny Kravitz est un chanteur toujours présent pour vous aider à emballer, en espérant que votre partenaire ne soit pas refroidi par un album portant cet air de déjà vu. L'espoir pourrait néanmoins renaître de ses cendres avec Boongie Drop, si la présence de Jay-Z et DJ Military n'empestait pas le coup marketing (cf. "Watch The Throne"). On peut au moins le remercier de ne pas avoir céder à la pression house/électro du moment en posant sa voix sur un beat "made in Guetta".

Un disque qui plaira aux amateurs du genre. Pour les autres, passez votre chemin.


Sortie : le 22 août 2011, chez Warner/WEA


> Écouter l'album "Black and White America" de Lenny Kravitz


Housse de Racket - "Alesia"

Critique par Laurent Bechetoille


Housse de Racket - "Alésia"En son temps, "Forty Love", le premier album de Housse de Racket, avait fait son petit effet, autant par la caution offerte par le fait de tourner avec Phoenix que par l'utilisation soutenue de leur titre Oh Yeah! dans diverses campagnes publicitaires.

Trois ans plus tard, il est temps de passer la seconde pour le duo francilien. Nouveau label, nouvelles inspirations, et l'arrivée aux manettes de Philippe Zdar, Housse de Racket joue gros sur ce second opus, n'hésitant pas, déjà, à digresser de leur univers d'origine.

Première écoute et première surprise, le duo délaisse le 100 % français pour un album plus ouvert à l'internationalisation. Un choix imputable à Zdar, non dénué de sens et de goût tant il paraît évident. Plus fouillé et travaillé que son prédécesseur malgré des airs de disque naïf, "Alesia" marque surtout par la capacité de ce duo, qui avait encore l'étiquette "zicos fan de tennis et de jeu de mots" collés sur le front, à faire du complexe avec du simple. Que ce soit dans la naïveté comme sur Château ou dans l'épique sur Alesia, Housse de Racket affiche une maîtrise bluffante, confirmant dès à présent tout le bien qu'on pouvait penser d'eux.


Sortie : le 22 août 2011, chez Kitsuné


> Écouter gratuitement l'album "Alesia" de Housse de Racket


Game - "The R.E.D. Album"

Critique par Antoine Deshusses


"The R.E.D. Album" - GameL'objectif de Game, ex-The Game, est clair : prouver au monde qu'il est le patron du gangsta rap US, tout en séduisant un assez large public ! Plusieurs fois repoussé depuis 2009, "The R.E.D. Album" sort enfin le 22 août. Gavé de featurings et de producteurs de prestige (Pharrell Williams, The Neptunes, Dr. Dre, Timbaland...) l'opus pourrait être celui qui permettra au rappeur de Compton de résoudre sa délicate équation. 

Introspectif, dans la pure tradition du story telling hip-hop, Game multiplie les hommages à sa famille (Mama Knows, California Dream) sans négliger les récits épiques (mais repentis) de sa vie de gangster (All I Know, Drug Test, entre autres). 

Avec son flow étrangement précis malgré sa voix poisseuse comme une rue de mégapole américaine un jour de canicule, ses productions variées mais toutes ultra abouties (Mama Knows et The Good, The Bad, The Ugly pourraient être issus de deux albums différents), Game livre avec "The R.E.D. Album" un opus qui pourrait faire date. À contre courant d'un P. Diddy ou d'un Snoop Dogg, le rappeur prouve que le rap US voué à une large diffusion bouge encore, même en dehors du r'n'b.


Sortie : le 22 août 2011, chez Interscope/Universal


> Écouter gratuitement l'album "The R.E.D. Album" de Game


Milow - "North and South"

Critique par Marie Montaron


Milow - "North And South"Trois ans après la révélation au grand public de Milow avec sa reprise du titre Ayo Technology, le jeune artiste belge proposera dès lundi 22 août son quatrième album studio, "North And South". Présenté par You and me (in my Pocket) au printemps dernier, c'est désormais au tour du single Little in the Middle de prendre le relais. Et si les deux premiers singles annonçaient un album réussi, l'écoute de ces onze titres a complétement inversé la tendance.

Non pas que le projet soit raté, il est juste très lisse et donc plutôt ennuyeux. L'homme à la guitare qui n'a pas grand chose à raconter a encore frappé. Les titres sont sympathiques mais sans profondeur. La musique est douce, mais on entend toujours la même chose. Rien ne vient nous percuter lors de la première écoute de l'opus dans son intégralité.

L'écoute se poursuit, sans vraiment nous tenir en haleine, jusqu'à la fin de l'album. Si le résultat est loin d'être celui que l'on attendait en studio, sur scène, Milow relève le niveau de part sa présence. Il sera d'ailleurs de passage à l'Olympia le 13 octobre prochain.


Sortie : le 22 août 2011, chez Mercury/Universal


> Écouter gratuitement la musique de Milow

Voir toute l'actualité